A Blueprint for toads and snakes // Sammy Baloji @ FramerFramed // Amsterdam // 2018

A Blueprint for toads and snakes // Sammy Baloji @ FramerFramed // Amsterdam // 2018

Scénographie pour une exposition personnelle de Sammy Baloji @ FramerFramed – Amsterdam. Vernissage le 24 juin 2018. Voir : ICI // Photos de Marlise Steeman, Eva Broekema & Jcl.

L’installation est un triple ‘théâtre’ : celui central est une scène ‘oeil du prince’, avec un décor peint [par Yannick Luzuaki], dans le style de la peinture populaire congolaise. La scène est celle d’une pièce de théâtre ‘le crapaud et le serpent’, de Joseph Kiwele, écrite à l’époque coloniale à Lubumbashi, racontant l’impossible amitié entre les deux animaux. Les images autour sont des portraits populaires photographiés par Sammy Baloji à Lubumbashi. Ils sont comme le casting de la pièce, ou le public. Au sol de la scène, le plan de la ville indigène de Lubumbashi. Tous les éléments faisant ici partie du système colonial : le plan géométrique, le théâtre géométrique, le cadre des portraits… Deux autres « théâtres » complètent le théâtre ‘boîte noire’ : le rouge montre une vidéo de SB dans une usine de production de métal à Lubumbashi – et le troisième, un espace blanc montre un plan d’expropriation pour vider l’espace entre la ville européenne et la ville indigène à Lubumbashi. SB a peint dessus la représentation géométrique d’une trappe sur le sol d’un théâtre classique, inspirée du traité de Sabbatini. Afin de rappeler que ce système colonial était aussi hollandais, une fenêtre est ouverte, comme un cadre sur la ville face au plan.

——————–

Scenography for a solo exhibition by Sammy Baloji @ FramerFramed – Amsterdam. Opening 24th of june 2018. See : HERE  // Photos by Marlise Steeman, Eva Broekema & Jcl.

The installation is a triple ‘theater’ : the central one is an ‘oeil du prince’ stage, with a painted decor (by Yannick Luzuaki), in the congolese popular painting style. The stage is for a play ‘the toad and the snake’, by Joseph Kiwele, written in the colonial time in Lubumbashi, telling the impossible friendship between the two animals. The images around are popular portraits paintings photographed by Sammy Baloji in Lubumbashi. They are like the casting of the play, or the audience. On the floor of the stage, the plan of an indigenous city in Lubumbashi. All elements being here part of the colonial aparatus : the geometric plan, the geometric theater, the frame of the portraits… Two other ‘theaters’ supplement the black box theater : the red one shows a video by SB in a factory producing cooper in Lubumbashi – and the third one, a white space with just one plan of land expropriation in order to empty the space between the european city and the indigenous city. On it SB painted the geometric representation of a trapdoor on the floor of a classic theater, inspired from the Sabbatini traité. In order to remind this colonial apparatus was also in the Neederlands, an open frame, a window oppened on the city faces the plan.

Process :