Map chache yon vil [Je cherche une ville] // The Port au Prince series # 3

Map chache yon vil [Je cherche une ville] // The Port au Prince series # 3

A video installation in Bas peu de Chose, the area where we live and work for Urban Scénos Port au Prince #1 – 2015, an invitation by Festival Quatre Chemins [Guy Régis Jr artistic director] // The installation was restaged [and finalized] in sept 2016 at the Francophonies Festival, Limoges, France and in Johannesburg at Inhouse Festival, dec 2016 // Sound creation by Maxime Chudeau. 

Previous steps  : HERE and HERE

The installation at Inhouse festival – Johannesburg [an invitation by Ntsoana Contemporary Dance Theater], nov 2016 : see HERE.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

The Port au Prince installation [Photos : Kolectif2d, Catherine Boskowitz ].

Le document ci dessus montre la présentation à Port au Prince, partielle pour cause de problème technique… et de pluie. Mais l’inscription du cube dans l’espace urbain, et les jeux visuels et sonores d’écho entre la ville et les vidéos sont perceptibles / This video documents the Port au  Prince presentation, incomplete because of technical issues, and… rain. But the inscription of the cube in urban space, and the visual echos with the the city around are perceptibles.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

The installation in Limoges [Francophonies Festival, sept 2016] :

+++++++++++++++++++++++++++++++++

Je cherche une ville // Map chache yon vil
Une ville qui est là, devant nous, parmi les débris du monde, au milieu du processus de décomposition dans lequel nous vivons. Cette ville est active, un monde commun latent [les Undercommons de Fred Moten et Stephano Harney] dont je cherche à capter des visions, des fragments. Ce n’est pas la ville qu’on nous annonce, matérialisée par des images virtuelles et la construction de quelques immeubles. Cette ville, un pur mirage idéologique, ne s’intéresse pas aux gens, à la manière dont les habitants font la ville, en sont l’infrastructure.

Une conférence visuelle dans l’espace urbain, dont les écrans sont un cube à cinq faces posé dans un lieu, commun au quotidien des gens. Un bloc de résonance directe adressé avant tout aux habitants d’un quartier où je vis et filme. Quatre faces sont des films qui invitent à une circulation interrogative du spectateur autour du cube ; on peut aussi les attraper par fragments depuis l’endroit où l’on se trouve dans la rue. La cinquième face – le toit – projette la ‘conférence’, performée en direct : des phrases, les fragments d’un texte donnés à voir, des objets, ici de petits flacons de parfum, image d’une ville de cristal. Parfois, des commentaires.
Je cherche une ville, et je la bâtis.

I look for a city
This city is here, in front of us, among the bits and pieces of the world, in the middle of the ongoing rotting process in which we are living in. I try to capture visions, fragments of this active city, an underlying common world [the Undercommons by Fred Moten and Stephano Harney]. This is not the advertised city, materialized by virtual images and by the construction of a few buildings. Such a city, a pure ideological mirage, has no interest for people, for the way inhabitants are the infrastructure of the city.
This installation is a virtual lecture in urban space, whose screens are a five sizes ‘cube’ staged in a place which is common to the daily life of people. A block of direct resonance addressed primarily to the inhabitants of the area where I live and film. Four sizes are films who invite to a interrogative walk by the audience around the cube : it can be grabbed by fragments from the place where you are in the street. The fifth side – the roof – is projecting a live ‘lecture’: sentences, fragments of texts, but also objects, like little flasks of perfume, as images of a city of cristal. And sometimes, comments.
I look for a city and I build it.

++++++++++++++++++++++

The videos [3 screens version]

+++++++++++++++++++++++++++++++++

Les textes [traduits en créole par Etzer Pierre]

Il s’agit d’un ensemble de citations, piochés au hasard durant la ‘conférence’ afin de les faire apparaître sur le toit du cube. Certains sont des citations : Michel de Certeau, AbdouMaliq Simone, Fred Moten & Stefano Harney, Nastio Mosquito, Ann Laura Stoler, Kathleen Stewart… // The texts [translated from créole by Etzer Pierre] are a series of fragments and quotes, chosen randomly during the ‘lecture’, in order them to appear on the roof of the cube; they are by  Michel de Certeau, AbdouMaliq Simone, Fred Moten & Stefano Harney, Nastio Mosquito, Ann Laura Stoler, Kathleen Stewart…:

Inventer un autre chemin // Envante yon lot chimen – Construire des gratte ciels avec mon esprit // Bati anpil bilding avèk lespri m – Je construis des gratte ciel chaque fois que j’ouvre ma bouche // Mwen bati anpil bilding chak fwa m louvri bouch mwen – Que pourrions nous prendre des rues ? // Kisa nou taka pran nan lari yo ? – Cette ville est là, devant nous // Vil sa a li la douvan nou – L’improvisation et le contact sont notre manière de survivre au genocide // Enpwovizasyon ak zanmitay se fason sa a nou debat douvan masak – Les gens sont l’infrastructure de la ville. Le bâti vient après // Moun yo se enfrastrikti vil la. Konstriksyon an vini aprè – Où ? (est cette ville) dans ce monde détruit ? // Kote vil sa a nan mond kraze a ? – Ce n’est pas la ville future, celle que l’on nous promet. // Sa yo pwomèt nou an,se pa vil lavni an – Ville des promesses, ville virtuelle, ville mirage // Vil paket pwomes vil entènèt ou [vil kap fe lasisin ] vil fo espwa – Un geste entre la marche et la danse // Yon jès nan mitan pa ak dans – Souci de soi – souci des autres // Pwoblem pa w, pwoblem lot yo – Puissance des gestes du corps dans le quotidien // Fos jès ko a nan lavi toulèjou – Contre la ville camp // Kont vil kan – Où sont ces éclats de ville ? // Nan vil sa a, mwen we zenglen, tout kote nan mond lan, ki bo moso yo ye ? – Là, devant nous, disséminés au milieu de ce monde impossible, au milieu de ce monde en decomposition // La a devan nou, gaye nan mitan mond enposib sa a, nan mitan mond pouri sa a – Quels objets, dispositions au sein desquels existerait la ville des gens ? // Lan nannan ki bagay byen ranje vil moun yo taka ekziste – Manières nouvelles de discerner // Fason tou nef poun konpran – Au milieu des effets tangibles et toujours actifs de la décomposition coloniale. Face aux résidus coloniaux constamment revitalisés // Nan mitan paket sa nou sani ki toujou ap mache nan pourisman colonial la, devan rès kolonizasyon yo ki byen frèch tout tan – Multiplicité extrême qui soit le contraire du chaos // Bann ak paket kap donnen san limit, ki pa danse kole ak katchouboumbe – Energies collectives, sous jacentes, apparemment disparues mais toujours présentes // Eneji anbachal mas yo kita sanble l disparet, men ki toujou la – Des puissances d’invention, qui pensent ailleurs, autrement // Fos envansyon yo, kap panse lot kote yo, yon lot fason – Les affects ordinaires façonnent nos vi(ll)es // Sa ki aji sou nou yo tout tan, ap fè vil nou yo – La vi(ll)e échappe, quoi qu’il arrive // Vil la chape kelke swa sak rive – Les pas du marcheur, faits de micro transgressions // Paket pa danse a, fe ti bouskile yo piti piti – Marcher = danser // Mache se danse – Théâtralité, partout // Teat tout kote – Sampler les fragments – un théâtre mental // Sammple ti moso yo – yon teat nan lespri – La planète urbaine est ma table de mixage // Se mond lavil yo ki tab miksaj mwen – Un théâtre de la fiction sonore // Yon teat tire kont krik krak kap sonnen – Remixer Le goudou goudou du gouvernement // Remikse goudougoudou gouvenman an – Pensez ! Cela n’a rien d’illegal, pas encore ! // Pa gen anyen ki ilegal nan panse sa, panko ! – Chercher une autre planète, car celle ci n’est pas faite pour nous ?   // Ou bien, inventer travailler à l’inventer (cette planète), ici // Chache yon lot planet paske sa a pa fèt pou nou ? Ou dimwens, envante, travay pou n envante, planet sa a – De la difficulté de capter ces fragments d’une ville autre, mais bien là // Difikilte pou santi pakèt ti moso yon lot vil, men ki kanmenm la – L’urbanisme est un simulacre qui méconnait les pratiques des gens // Lavil se yon similat ki pa fin konnen pakèt pratik moun yo – Les jeux de pas sont façonnages d’espaces // Pa dans yo ak fason l fè ti jwèt patiraj li – La marche est une phrase, un art de tourner des parcours // Pa yo se bèl fraz, bèl mèvèy kap mache vire tout kote – Il ne s’agit pas de manifester, il s’agit de recréer // Se pa yon kesyon manifeste men pito refè tout bagay – Endurance // Poutdi